La fruitière du village collectionne les médailles grâce à ses fromages

La fruitière d’Aranc persiste et signe dans la voie de l’excellence, comme en témoigne cette nouvelle médaille remportée au concours agricole de la foire de Paris pour ses fromages blancs. Relancée par Joël Pelletier, qui reprenait l’activité de son père, la fruitière a été transmise à Frédéric Bussy, qu’il avait formé, en 2016. Un établissement qui collectionne les médailles et vient donc d’en ajouter une 5e à son tableau d’honneur cette année.

Installée dans les anciennes caves voûtées de la fruitière de jadis, celle qui a permis aux paysans du village, à la fin du XIXe siècle, de mettre leur lait en commun, afin de fabriquer le fameux gruyère de comté, la fromagerie attire des clients de toute la région qui n’hésitent pas à faire le détour par Aranc pour ramener les précieux frometons.

Thierry Bailly, le fromager. Photo Progrès/Guy DOMAIN
Thierry Bailly, le fromager. Photo Progrès/Guy DOMAIN

C’est comme si on mijotait une potée au coin du feu, quand d’autres la passent au micro-ondes.

Joël Pelletier, ancien fromager de la fruitière d’Aranc

« Nous en avons une large gamme en rayon, une soixantaine de spécialités issues de différentes régions, dont nous prenons grand soin en affinant leur maturation dans notre cave, assure confie Virginie Volker, qui gère l’établissement. Avec, bien entendu, de somptueux comtés. Nous avons rajouté un rayon de charcuteries artisanales du secteur et nous proposons aussi les miels, bonbons et pains d’épices de chez Neufcoeur, un apiculteur du village, sans oublier toute une gamme de produits issus du commerce équitable. »

Une première médaille en 2014

La fromagerie a aussi forgé sa notoriété grâce à sa gamme de fromages blancs et de yaourts fabriqués en circuit ultracourts. « C’est comme si on mijotait une potée au coin du feu, quand d’autres la passent au micro-ondes », résumait Joël Pelletier lorsqu’il avait reçu sa première médaille en 2014. Une expérience et un savoir-faire qu’il a su transmettre à ses successeurs.

La Laiterie de la Côtière et Frédéric Bussy ont également été primés à la foire de Paris en recevant une médaille d’or pour leurs fromages blancs. Un doublé qui fait honneur aux saveurs de l’Ain.

Thierry Bailly décrypte son succès

Thierry Bailly, le fromager de la fruitière, explique les raisons du succès de ses fromages blancs : « Je vais chercher le lait juste à côté, chez deux agriculteurs du village, Stéphane Gallerot et Jean-Claude Durochat. Tout est artisanal, fabriqué à la main, et le lait, avant l’ajout des ferments puis de la présure est même refroidi avec l’eau du puits de la fruitière. Question circuit court, on ne peut pas faire mieux. Ce sont des fromages qui ont une personnalité et je suis persuadé que si on les fabriquait ailleurs, leur goût serait différent.

Tout d’abord je travaille un lait de toute première qualité, issu de vaches qui ont mangé du foin ou brouté les herbes, graminées et fleurs de la montagne. Ensuite il faut savoir prendre son temps, respecter une hygiène stricte, les cycles et temps de fabrication issus d’un savoir-faire qui s’est transmis au fil des générations. Je pense aussi que le fait de travailler dans une bonne ambiance, sans stress, se traduit dans la qualité du produit fini. Cette médaille d’argent me fait plaisir, je suis surtout content pour la fruitière. Pour moi je la reçois simplement, comme une reconnaissance du travail bien fait. »

source: https://www.leprogres.fr/ain-01/2019/04/19/la-fruitiere-du-village-collectionne-les-medailles-grace-a-ses-fromages-blancs

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*