Mali PM, le gouvernement de démissionner sur Ogossagou massacre

Le Mali est le premier ministre et son gouvernement a démissionné de quatre semaines après le massacre de près de 160 éleveurs Peulhs par un ethnique vigilante groupe a choqué la nation.

Le président Ibrahim Boubacar Keita, a accepté la démission, jeudi, sans donner une raison pour le départ du Premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga.

Les législateurs avaient discuté d’une éventuelle motion de censure contre le gouvernement à cause du massacre et de l’échec de désarmement des groupes armés ou de repousser les militants.

Le 23 Mars, les meurtres par des chasseurs de la Dogon de la communauté sur Ogossagou, un village dans le centre du Mali, peuplée par des rivaux des éleveurs Peulhs, ont été sanglante, même par les récentes normes du Mali, du jamais-l’aggravation de la violence.

Pourquoi les soldats de la paix de quitter le Mali?

Ils ont suivi un mortel d’assaut par des combattants armés sur un poste de l’armée qui a tué au moins 23 soldats, également au Mali, dans la région centrale, qui a été revendiqué par al Qaïda qui compte de nombreux éleveurs Peulhs dans ses rangs.

Les autorités maliennes ont arrêté cinq personnes soupçonnées d’avoir participé au massacre. Mais ils n’ont pas encore réussi à désarmer le groupe que beaucoup croient organisé, en dépit des promesses par Maiga et Keita à le faire.

Les homicides dans Ogossagou, qui a quitté le corps calcinés des femmes et des enfants qui couve dans leurs maisons, sous le choc d’une population qui a grandi de plus en plus frustrés par l’échec des forces du gouvernement pour les protéger des groupes armés attaques et de représailles ethniques.

Les critiques disent que les Maliens leader n’a pas fait assez d’efforts pour prévenir la violence intercommunautaire.

Plus tôt ce mois-ci, les manifestants ont appelé pour lui de « sortir » de l’office, avec quelques holding signes, exigeant le retrait de l’organisation des Nations Unies de maintien de la paix de la mission dans le pays, la MINUSMA.

 

L’ organisation des Nations Unies a plus de 16 000 personnes sur le terrain au Mali, y compris un contingent de 12,418 troupes composé de forces de pays dont le Burkina Faso, le Sénégal, le Niger, le Togo et le Tchad.

« Nos enfants, nos maris et nos parents sont en train de mourir à cause du mauvais gouvernement de IBK et son clan, » Mariam Fomba, la veuve d’un soldat, a déclaré à l’AFP agence de nouvelles à la manifestation à Bamako.

« Assez, c’est assez, nous ne pouvons pas continuer avec ce régime », a déclaré Fomba.

Manifestations au Mali contre le président pour ne pas arrêter la violence

SOURCE: Al Jazeera et agences de presse

Source:https://www.aljazeera.com/news/2019/04/mali-pm-government-resign-ogossagou-massacre-190418233823439.html

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*