Attaque de Marseille: qui est l’assaillant?

Ce dimanche, un homme a attaqué au couteau deux passantes, les frappant mortellement, sur le parvis de la gare Saint-Charles de Marseille. Il a ensuite été abattu par un militaire de la force Sentinelle.

L’homme était assis sur un banc sur le parvis de la gare lorsqu’il s’est levé et s’est précipité sur une jeune femme. Selon plusieurs témoins, il aurait crié « allahou akbar » au moment de son passage à l’acte.

Comportement « étrange »

La scène a été filmée par les caméras de surveillance, situées aux abords de la gare. S’adressant aux journalistes, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a précisé: « Ce qui est étrange, dans la vidéo, c’est que l’individu commence à crier quand il poignarde la première personne, qu’il s’enfuit, puis il revient sur ses pas pour poignarder la seconde. Les militaires de Sentinelle foncent alors sur lui, alertés par les cris des passants. Ils sont sur le parvis et l’abattent. »

Touché de deux balles, l’assaillant a été menotté par des policiers en civil, avant de succomber à ses blessures. Deux couteaux auraient été découverts à proximité.

L’assaillant serait âgé d’une trentaine d’années. Selon plusieurs médias, il ne portait pas de papiers d’identité sur lui.  Ses empreintes renvoient néanmoins à au moins 7 identités différentes.

Selon les informations de France 2, cet homme n’était pas connu des services de renseignements. Il n’était pas non plus fiché S. Ainsi, rien ne le lie pour le moment à la mouvance radicale djihadiste.

Connu sous sept identités différentes

Il était en revanche connu des services de police pour des faits de droit commun, comme des vols à l’étalage, du trafic de stupéfiants, ou encore des infraction à la législation sur les étrangers. Des faits qui auraient été commis à Marseille, Toulon ou encore Lyon. Il a été interpellé à plusieurs reprises entre 2005 et 2014.

L’assaillant sortait de garde à vue. Il a été interpellé vendredi à Lyon (Rhône) pour vol à l’étalage. Il a été relâché la veille de l’attaque, samedi. Il a fourni un passeport tunisien aux policiers, un document qui semble authentique, précise Le Parisien.

Le passeport est au nom d’Ahmed H., 29 ans, né le 9 novembre 1987 à Bizerte, dans le nord de la Tunisie. Il affirme aux policiers être sans domicile fixe et toxicomane.

L’assaillant de Marseille a été relâche samedi, dans l’après-midi, en raison de la faiblesse des charges qui pesaient contre lui. Aurait-il pu être expulsé?

Dysfonctionnement administratif à la préfecture du Rhône?

Selon Le Parisien, un dysfonctionnement administratif à la préfecture du Rhône serait à l’origine de sa mise en liberté. D’une part, le centre de rétention administrative de Lyon est bondé. D’autre part, selon une source proche de l’enquête, « la personne de permanence à la préfecture du Rhône, ayant autorité pour signer l’Obligation de quitter le territoire (OQTF) et le placement en centre de rétention de l’assaillant de Marseille, était absente », samedi. Il est relâché dans l’après-midi.

Les enquêteurs tentent aussi de déterminer comment, sans ses papiers, il a pu rallier Marseille, où il a attaqué deux femmes au couteau.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*